Documentaire sonore de création – Phonurgia Nova
16538
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-16538,portfolio_page-documentaire-sonore-de-creation,header_style_light,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.2,vc_responsive
 
Ateliers

Documentaire sonore de création

Kaye Mortley

14 20 avril 2019 Arles 9 15 juillet 2019 Arles 27 octobre 3 novembre 2019 Arles

Il s’agit d’abord de faire de son écoute un acte créatif. A un pôle le réel, à l’autre l’auditeur, entre les deux : un auteur capable de transmettre sa sensibilité par rapport à un « sujet » à travers un langage sonore assumé. Commet ? En misant sur la valeur narrative du son, la syntaxe du montage et du mixage. Mais que signifie aborder le « son » comme écriture du réel ? Et qu’est-ce que le documentaire radiophonique ? Est-ce si loin de la radio du quotidien ? Où est le réel ? Qu’en faire ?

Objectifs pédagogiques

 

Initier les participants à la pratique du documentaire de création, élargir leurs références professionnelles, leur transmettre une culture spécifique à cette expression, sont les objectifs de cette formation dont la finalité est de leur permettre d’initier ou poursuivre une démarche d’auteur en documentaire radiophonique.

Qu’est-ce qu’un « documentaire de création »? C’est un nom que l’on donne (un peu « faute de mieux ») à un type de radio où le réel glisse vers autre chose (« la fiction » ou « l’art », peut-être)… Un type de radio dont le but est moins d’instruire et d’informer (bien que ni l’information, ni l’enseignement n’en soient exclus) que de créer un univers (au sens large) tissé de sons réels.

Le sujet importe peu, n’étant souvent qu’un prétexte permettant à l’auteur de parler de quelque chose de plus universel — ou de plus intime que ledit sujet. Ce qui importe c’est l’auteur et sa façon de s’engager avec le sujet. Qui est cet auteur ? C’est, selon Kaye Mortley « un scénariste doublé d’un praticien du son avisé, capable de raconter une histoire invisible, dans un langage spécifiquement sonore, selon sa propre voix ».

Déroulé

 

Ce stage s’organise autour d’un projet collectif abordé dans des conditions réelles de réalisation. Les apports théoriques et méthodologiques dispensés au long du stage, s’articulent à cette mise en oeuvre. A partir du choix d’un « sujet » (déterminé le plus souvent en amont du stage avec les participants) l’atelier chemine à travers les différentes étapes de la conception et de la fabrication, jusqu’à la diffusion d’un « film radiophonique » présenté en public à la fin du stage, puis évalué. Au cours de cette formation, les participants sont invités à se glisser dans la peau à la fois d’un conteur et d’un ingénieur du son pour apprendre à :

– sortir des ornières du journalisme
– « raconter avec les sons »
– les capturer en tenant compte des possibilités des microphones ;
– les trier, les organiser, les monter et les mixer selon une syntaxe sonore et des règles formelles cohérentes,
– devenir auteur avec les propos des autres
– se doter des repères et du vocabulaire adéquats pour évaluer la marche du travail et le faire progresser.

Comment ? L’approche proposée suppose que les participants s’impliquent personnellement dans chacune des phases allant de la conception à l’enregistrement, de l’écriture et de la production. L’atelier mobilise donc différentes dimensions et aptitudes qui s’articulent autour de trois axes :

Axe 1 — méthodologie

Cerner les spécificités de l’écoute et les contraintes qu’elle impose au réalisateur. Appréhender les techniques d’écriture permettant de rendre le réel à partir du son. Passer de l’idée au projet ; apprendre à gérer les questions, les doutes et les difficultés rencontrés en chemin, sans infidélité aux intuitions de départ ; affirmer un regard personnel.

Axe 2 — analyse

A partir d’exemples, et tout au long des exercices collectifs : comprendre la dramaturgie des sons, le rôle de la musique, la force d’un découpage et d’un montage de paroles, la place des accidents et du silence.

Axe 3 — pratique intensive

Travailler la capture du son en extérieur et en studio, aborder avec l’aide d’un chef opérateur du son le montage et le mixage comme actes d’écriture ; mettre en jeu différents procédés narratifs, identifier les métaphores sonores adéquates, faire co-exister des langues différentes au sein d’une même émission.

Pré-requis

 

Ce stage pratique s’adresse en priorité aux jeunes auteurs, aux intermittents du spectacle et de l’audiovisuel, mais il est également accessible à toute personne déjà engagée professionnellement dans une démarche de création quel qu’en soit le support (écriture, musique, cinéma, vidéo, multimédia, etc). La pratique d’un logiciel d’édition/montage sonore est indispensable. Une procédure de sélection sur dossier vise à assurer un bon équilibre des profils des candidats.

Intervenants

 
Kaye Mortley

Réalisatrice radio, elle est née en Australie et vit à Paris. On la connaît essentiellement en France à travers son travail pour France Culture (notamment pour l’Atelier de Création Radiophonique), mais elle a signé de nombreuses productions pour des radios européennes et pour ABC Sydney, l’Australian Brodcasting Corporation. L’extrême finesse de ses mixages, la qualité formelle de ses productions lui ont valu d’être primée dans de nombreux festivals internationaux comme le prix Futura de Berlin (1979, 1983, 1985, 1991), le prix Europa (1998, 2001). Kaye Mortley anime de multiples journées, ateliers et séminaires sur le documentaire de création tant en France, notamment à la SCAM et à l’Université d’été de la radio d’Arles, qu’à l’étranger.

 
Sophie Berger (Assistante)

Formée comme ingénieure du son à l’École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT) à Lyon, au sein du département « Réalisation Sonore » de 2009 à 2012.

Réalisatrice de pièces radiophoniques, parmi lesquelles notamment Loire (2013), Cargo (2015). Ses pièces sont diffusées sur de nombreuses radio : France Culture, Radio Campus, Phaune Radio, RTBF (Belgique), RTS (Suisse), Choq (Canada), ainsi que dans de nombreux festivals sous forme de séances d’écoute : Festival Clermont-Ferrand, Festival Futura (Drôme), Semaine du son (Bruxelles), Rencontres Internationales du Documentaire de Montréal (Canada), etc… Loire a obtenu le prix  Découvertes Pierre Schaeffer  dans le cadre des Phonurgia Nova Awards, en 2014.

En parallèle, elle conçoit également des créations sonores pour le spectacle vivant, entre autres avec les metteurs en scène Anne Théron (Les Productions de Merlin), Emmanuel Meirieu (compagnie Bloc Opératoire), Séverine Fontaine (Compagnie IKB), ou le chorégraphe Aurélien Le Glaunec (Compagnie WunderKammer). Elle est aussi régisseuse son pour la compagnie de danse ARCOSM, Thomas Guerry, pour des tournées nationales et internationales. Ou encore créatrice son pour des installations muséographiques (Les Champs Libres, Rennes Métropole, 2017).

site internet – www.sophieberger.com

 
Anil Bhoslé (Assistant)

Anil a grandi bercé par les jingles de France Inter et les journaux en Hindi du World Service de la BBC. Quoi de plus normal pour un enfant franco-indien ?

Le goût des ondes lui est resté. A quatorze ans, bénévole dans une radio associative, il découvre l’étendue des possibilités narratives du son, et apprend l’enregistrement, le montage et le mixage. Cette découverte le mène tout droit à Radio France. D’abord en tant qu’auditeur assidu de France Culture, et, un BTS audiovisuel en poche, en tant qu’opérateur du son.

Dans ce cadre créatif renommé, il travaille pendant douze ans auprès de journalistes, producteurs, comédiens, bruiteurs, compositeurs et interprètes, à la réalisation de productions radiophoniques pour l’ensemble des chaînes du groupe Radio France : émissions musicales, captations de concerts variés, documentaires, fictions sonores, magazines …

Mu par un goût prononcé pour le field recording, les paysages sonores et les captations naturalistes, il réalise, en solitaire, des documentaires (France Culture, RTBF La Première, festivals) et des captations musicales (jazz, classique, baroque…)

En 2014, il prend conscience du potentiel créatif qu’offrent les nouveaux médias en matière de conception sonore : réalité virtuelle, réalité augmentée, installations interactives, web et jeux vidéo. Aujourd’hui, il se consacre au développement de projets interactifs, et tente jour après jour de mettre le son au centre de ces expériences narratives.

Travaux de stage

 

Retour d'expériences

 

Informations

 
14-20 avril 2019, Arles 9-15 juillet 2019, Arles 27 octobre - 3 novembre 2019, Arles Arles Toutes les sessions :
14 Avr  20 Avr | 9 Juil  15 Juil | 27 Oct  3 Nov 2019.

Durée : 7 jours (49h)
Etudiant : 600 euros
Individuel : 900 euros
Formation continue : 2 300 euros
Effectif : 8 participants maximum

Plus de renseignements sur ce stage
Par téléphone au 06 09 64 65 39
Par email : info@phonurgia.fr