Phonurgia Nova – création radiophonique et sonore – Accueil
14591
home,page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-14591,page-accueil,header_style_light,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.2,vc_responsive

L’art des sons
déborde et englobe l’espace
musical

et se prête à une infinité d’approches sensibles ou conceptuelles, dont on est loin d’avoir fait le tour.

La phonurgia nova désigne la création d’un univers à partir du sonore (1). Le mot phonurgia est ancien : le père jésuite Athanasius Kircher l’a proposé dans le titre de son ouvrage célèbre de 1673 dans lequel, bien avant l’heure de leur réalisation technique, il imagine d’étonnantes architectures dotées de dispositifs de communication acoustique. Le lecteur curieux pourra trouver en ligne une abondante documentation au sujet de cet illustre savant jésuite et de ses spéculations diverses sur le son, l’acoustique, la musique, les langues, la lumière, qui firent l’admiration de ses contemporains.

Sous l’étiquette de cet illustre devancier, voilà 35 ans que nous explorons cette création sonore multiforme, issue de l’outil radiophonique, mais qui désormais s’en échappe, le déborde et l’englobe. Attentifs à la transmission de l’histoire, nous éditons des classiques de la radio d’art (Welles, Schaeffer, Thibaudeau, Paranthoën, Cocteau, Giono, Farabet, Mortley), publions des ouvrages de pédagogie – favorisons les passages de relais entre générations et formons de jeunes auteurs désireux de s’engager dans une relation créative avec le sonore du monde.
Depuis Arles où elle a posé ses micros en 1986, l’équipe de Phonurgia Nova invente des dispositifs et des contenus pour accompagner ces nouveaux auteurs dans leur création en s’attachant à leur offrir des espaces et services à leur (dé)mesure. Au fil du temps, sa vocation s’est étendue, sans pour autant varier : 1) transmettre l’histoire et les pratiques radiophoniques créatives – 2) encourager le renouvellement des démarches, objets et formes – 3)  construire avec les institutions qui en ont la charge, et avec le public, un rapport vivant au patrimoine sonore.

Découvrez les lauréats 2018