[ Ils écoutent la radio, ils la font ] #10 Alexandre Plank – Phonurgia Nova
18810
post-template-default,single,single-post,postid-18810,single-format-standard,post-ecoutent-radio-10-alexandre-plank,header_style_dark,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.2,vc_responsive
 

[ Ils écoutent la radio, ils la font ] #10 Alexandre Plank

[ Ils écoutent la radio, ils la font ] #10 Alexandre Plank

Depuis son origine, la radio fait fantasmer auteurs et dramaturges. Tout semble y être possible et facile, par contraste avec à la lourdeur du théâtre ou du cinéma. A l’heure où les écrans perdent de leur prestige notamment auprès des plus jeunes, son attrait n’a jamais été aussi fort. Sur France Culture et ARTE-Radio elle est un terrain d’expérimentation et d’expression pour la fiction. En dehors des radios publiques, elle donne lieu à de nombreuses expérimentations libres. Malgré tout, elle reste fréquemment menacée de banalisation : un théâtre sans corps, un cinéma sans images. Comment encourager une veine créative et repenser les formes de la fiction sonore à l’heure du podcast, des supports numériques ou des parcours sonores géolocalisés ? C’est l’une des questions posées à Alexandre Plank dans cet entretien filmé au lendemain du Prix “Nouvelles fictions francophones SACD” qui lui a été décerné à la BnF (pour Demain s’ouvre au pied de biche). “Sans doute en expérimentant une approche moins littéraire et en se ré-appropriant les techniques du cinéma” répond-il. Sans doute aussi en prenant le risque de sortir du studio pour se frotter au monde extérieur. Incontestablement, en y investissant plus de moyens et de temps – or ces moyens sont rares et les lieux d’expérimentation encore insuffisants. Enfin, “en ne faisant pas de la technique un absolu”.
Retrouvez ses créations sur France Culture. Découvrez les productions de l’atelier nouvelles fictions qu’il anime à Arles chaque été. Visionnez la vidéo.