Micro sensible – Phonurgia Nova
30111
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-30111,portfolio_page-micro-sensible,header_style_light,phonurgia_side_playlist_active,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.2,vc_responsive
 
Initiation

Micro sensible

Léa Minod

Lorsque l’on tend un micro à une personne inconnue, lorsque l’on frappe à une porte au hasard, très souvent, l’autre répond « n’avoir rien à dire », avant de refermer la porte – ou la bouche. Comme s’il fallait toujours « avoir des choses à raconter » pour prendre la parole.
Une histoire de légitimité.

A laquelle s’ajoute bien sûr la peur de plus en plus prégnante du micro, objet médiatique, susceptible de transformer les mots, et leur sens.
Une histoire d’actualité.

Alors, comment faisons-nous, nous qui tendons le micro et l’oreille, pour donner confiance à l’autre, gratter l’ineffable, mettre en lumière ces petits riens qui ne se disent pas et tirer les fils d’un récit ? Comment fait-on pour respecter les mots de l’autre, oser creuser sans verser dans l’impudeur ?
Une histoire de responsabilité.

Et puis, une fois devant son ordinateur, comment faire de la parole confiée, un objet d’écoute ?
Retirer les commentaires, les scories, laisser apparaître les silences, et tisser le récit … faire de l’autre, non pas un « raconteur mais un conteur » pour reprendre les mots de Kriss, productrice radio.
Une histoire de beauté.

Objectifs pédagogiques

 
  1. apprendre à se comporter face à l’interviewé
  2. affirmer sa présence, trouver sa place
  3. apprendre à faire accepter le micro
  4. questionner sa pratique du tournage et réfléchir aux dispositifs d’enregistrement
  5. restituer la parole confiée et en faire un objet d’écoute
  6. acquérir des techniques pour l’écriture des micros et développer une narration personnelle

 

Déroulé

 

Jour 1  plongée dans la parole intime
Matin
1. Présentation de chaque participant et de l’intervenante
2. Ecoute collective des sujets
3. Plonger dans l’intime
•           Rappel des règles de base pour comprendre une histoire intime : connaître le contexte, faire émerger la trame narrative, donner à voir, entendre, sentir… imaginer (importance des descriptions, des petits détails)
•           Rappel des techniques pour enregistrer une voix avec une belle présence dans trop de souffle ni de pops.
•           Tout le monde ferme les yeux et replonge dans une émotion (joie, peur, honte, fierté…) jusqu’à faire émerger un souvenir lié à l’une des émotions décrites. Puis les participant.e.s se mettent en duo : journaliste/personne interviewée. Ils/elles ont une demi-heure chacun.e pour poser des questions à l’autre, micro en main et recueillir chez l’autre l’histoire liée à l’émotion. Changement de rôles.

Après-midi
4. écoute collective des témoignages recueillis
Cette écoute collective permet d’analyser à la fois la prise de son, et la force narrative de l’histoire recueillie. Noter les éléments manquants.

5. Enregistrer de nouveau si besoin + écoute

Jour 2 : aller cueillir l’intime

Matin
Comment enregistrer  lorsque rien n’est prévu ? pas de RDV, personne que l’on connaît, aucun cadre… il faut alors sortir ! Chercher les situations où l’on peut trouver des personnes disponibles. Dans un parc, sur un banc, après un cours de danse, de yoga.. entrain d’attendre, fumer une cigarette, des personnes en silence. Et oser. Oser pointer le micro, oser se voir opposer des “non”, essayer tant bien que mal.

Les participant.es vont donc déambuler dans Arles et trouver les personnes qui voudront bien s’ouvrir à leur micro.

Après-midi : initiation au dérushage (matériel personnel ou fourni si besoin)
(chaque participant.e viendra si possible avec un ordinateur portable, et aura au préalable installé le logiciel REAPER)
1. Rappel sur les outils et fonctionnalités de REAPER
Créer des binômes avec les personnes qui connaissent et celles qui connaissent moins bien.
2. plongée dans REAPER
Explication d’une méthode pour dérusher sur REAPER (créations de régions, utilisation des couleurs, outils de navigation … )
3. Derushage !

Jour 3 Monter la parole intime

Matin
petit point sur le montage : comment mettre en ordre, imaginer la trame narrative.
Présentation des attendus du montage
Faire disparaître le “je” du journaliste pour ne garder que la trame narrative racontée par la personne interviewée, condenser mais garder “ce qui parle”.

Quels choix faire dans le montage pour ne pas trahir l’autre et rendre ses mots “plus beaux”.. puisqu’il s’agit de cela en radio.

Retirer les commentaires, laisser apparaître les silences, faire jaillir la beauté des paroles de celles ou celui qui nous les ont confiées. “Monter c’est extraire du récit touffu d’un individu ce qui fera de lui non pas un raconteur mais un conteur.. ” (Kriss, sagesses d’une femme de radio)

Après-midi
Ecoute collective des montages réalisés
Retours constructifs avec en tête cette question : quel rythme donner à la parole ?

Jour 4 Finalisation

Matin
nourrir le récit par des sons – aller dehors ?!

Chaque participant.e, en fonction du montage réalisé, s’est fait une idée de l’identité sonore qu’il/elle souhaite donner à son récit. Quels types de sons enregistrer pour l’habiller, tout en laissant la primauté au récit, à la parole intime ?
Recueillir des ambiances, ou aller les créer,  produire des sons en situation, etc

constitution d’une banque sonore commune
Tous les sons enregistrés sont alors condensés dans un même dossier, une banque sonore, afin de pouvoir servir à chaque participant.e

Après-midi
habillage et mixage de son sujet à partir (uniquement) des sons enregistrés.

Régler les niveaux relatifs des différents éléments sonores et des différentes pistes, accorder à chaque son sa juste place dans l’espace stéréo.

Ecoute collective des pièces réalisées
Avec un retour critique bienveillant sur chaque pièce

Informations complémentaires

 

Public

Ouvert aux auteur.ice.s de podcast débutants ou avancés qui souhaitent s’approprier le langage et les techniques propres au micro sensible.

Pré-requis

Etre autonome en prise de son extérieure et montage (sous Reaper).
Au minimum avoir suivi notre module d’initiation à la réalisation sonore ou l’équivalent.

Approche pédagogique

Le formateur prend connaissance en amont des attentes et du parcours de chacun.e. La formation peut être ainsi modulée dans le respect du contenu pédagogique annoncé.
– L’apprentissage par le « faire » est centrale : la formation pousse à l’extrême le principe de l’enseignement par la pratique et une dynamique participative avec la valorisation des retours d’expérience.

Evaluation

Entretien et évaluation individualisée à l’entrée en formation et à l’issue de la formation, permettent de mesurer les compétences acquises et la progression réalisée par chaque participant au regard de ses objectifs personnels. Une attestation individuelle de fin de formation, rappelant les objectifs visés, est remise à chacun. Un questionnaire d’évaluation qualitative du stage est rempli par chaque participant une semaine après la formation et analysé par l’équipe pédagogique. Les indicateurs relevés permettent d’améliorer le stage.

Admission en formation

Chaque candidat reçoit en amont de la formation un questionnaire d’auto-évaluation dans lequel il retrace son parcours et formule ses besoins. Nous nous assurons ainsi de l’adéquation de vos attentes avec les caractéristiques de la formation. Ce questionnaire d’autoévaluation est à solliciter et à retourner par mail (info@phonurgia.org) au minimum un mois avant le début de la formation.

Moyens pédagogiques

– Une équipe pédagogique composée d’un.e professionnel.le reconnu.e, et d’un.e assistant.e au-delà de 8 participants

– Une équipe logistique présente notamment pour faciliter les prises de sons (lieu, matériel, contacts…) et la vie du stage (repas, déplacements, hébergement, questions pratiques)

– Une bibliothèque d’ouvrages sur le son, l’écoute, les arts du son et de la radio  et une importante phonothèque d’étude.

Moyens techniques

Nous mettons à disposition du matériel de prise de son, montage et mixage. Parmi lesquels : stations de montage MacBookPro et PC équipées du logiciel Reaper. Surfaces de contrôle Icon Plateforme M. Ecoutes monitoring : Cabasse Goelette, Yamaha HS8 MP ou Génélec 8040. Enregistreurs : Zoom H5 et Sounddevice MixPre 3. Casques : Beyerdynamic DT 770 Pro. Microphones : Beyer 88, Rode NT3, NT4, NT5, Shure SM58, AudioTechnica AT 825, AT 40415, AT 8022, Sennheiser MD 21. Schoeps CCM41 et CCM8. Perches, bonnettes, Rycote. Nous vous recommandons néanmoins de vous munir de vos propres équipements (casque, micros, enregistreur, ordinateur) si vous en possédez. Vous conserverez ainsi vos repères personnels, et pourrez en approfondir la maîtrise.

Intervenant

 
Léa Minod

Léa Minod,  est myope comme une taupe.
Alors le monde, elle a appris à le voir avec les oreilles. Productrice et reporter radio depuis 2008, elle tend son micro un peu partout (France Inter (ex l’Humeur Vagabonde, Les dernières fois… ), France Culture (Les Pieds sur terre, Sur les docks… ), France Musique (Violons d’Ingres), Arte Radio (c’est là qu’elle a commencé) Et aujourd’hui les podcasts… Elle aime commencer des conversations avec des inconnu.e.s, et se laisser porter par les mots des anonymes, qu’elle aime par dessus tout condenser.

Informations

 
25-28 juillet 2023, Dinard Dinard Toutes les sessions :

Durée : 4 jours (28h)
Effectif : 8 participants maximumm
Etudiant : 400 euros
Individuel : 600 euros
Formation continue : 1 400 euros

Plus de renseignements sur ce stage
Par téléphone au 06 09 64 65 39
Par email : info@phonurgia.fr