Questionner le paysage avec des micros – Phonurgia Nova
16773
post-template-default,single,single-post,postid-16773,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,post-questionner-paysage-micros,header_style_dark,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.2,vc_responsive
 

Questionner le paysage avec des micros

Questionner le paysage avec des micros

A l’instar de Jacob Kirkegaard qui enregistre l’activité volcanique, de Jodi Rose qui ausculte l’architecture des ponts métalliques dont elle tire des sons de harpes géantes, de Knud Viktor qui capte la vie secrète des insectes, Gilles Aubry questionne le monde en l’enregistrant. Comme plasticien sonore, il produit des oeuvres musicales, installatives ou radiophoniques. Sa pratique est basée sur une approche auditive du réel, centrée sur la culturalité et la matérialité du son et de l’écoute. Combinant ethnographie, discours critique et expérimentations formelles, ses images sonores (phonographies) de situations plus ou moins identifiées se présentent comme possibles alternatives aux modes de représentations visuels. Le jury Phonurgia Nova 2007 a distingué sa pièce Berlin Backyards, présentée l’année suivante au Musée Réattu d’Arles. En 2016, Gilles Aubry a reçu le European Sound Art Award pour son installation “A Space of Attunement (from oud to guitar to oud)”, conçue pour le Skulpturenmuseum à Marl. En 2017, il a participé à Documenta14 à Kassel et Athènes avec la pièce “The Gramophone Effect”, co-réalisée avec Robert Millis. En juillet 2018, il sera de nouveau à Arles pour diriger un Workshop autour de sa pratique de l’anthropologie sonore. Les inscriptions sont ouvertes ici.