Field recording : opérer le paysage sonore – Phonurgia Nova
16539
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-16539,portfolio_page-field-recording-operer-le-paysage,header_style_light,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.2,vc_responsive
 
Ateliers

Field recording : opérer le paysage sonore

Gilles Aubry

Public

 

Toute personne, souhaitant, pour des raisons personnelles ou professionnelles, aborder le paysage d’une manière créative en utilisant les outils et les concepts du field recording.

Contenu

 

Le propos de cet atelier est de questionner les outils et les concepts du “Field recording”. Une discipline située entre anthropologie, art sonore et musique, qui révèle une multitude de manières de tendre le micro vers le paysage en faisant naître des objets très divers. Au delà d’utilisations purement documentaires ou narratives, le stage met l’accent sur une approche performative du field recording et de l’écoute : le micro devient un instrument d’exploration dynamique de l’environnement à travers la captation et l’improvisation, chorégraphiant l’espace et les corps en jouant de leur matérialité. De retour dans le studio, ces éléments sont réexaminés et retravaillés sous forme de sessions d’écoute et d’improvisations collectives pour aller vers une restitution publique.

 

Objectifs pédagogiques

 

Par la découverte des techniques et des concepts qui animent cette discipline multiforme, il s’agit d’apprendre à construire un projet personnel (composition ou performance) basé sur l’écoute, la captation et la manipulation des sons. Le but de l’atelier est d’amener chaque participant à développer son propre projet en explorant les possibilités de l’enregistrement sonore, tout en se familiarisant avec les apports théoriques et les les examples proposés par l’intervenant.

.

Déroulé

 

Gilles Aubry présentera progressivement les principes mentionnés en les illustrant par des exemples tirés de réalisations existantes. Il suggèrera aux participants des idées de départ pour une mise en pratique à travers une série d’exercices d’enregistrements. Les résultats de ces expérimentations seront discutées et évaluées lors de séances collectives. Tout au long du processus l’intervenant apportera des compléments relatifs aux techniques de captation, de mise en forme et de présentation. Le processus aboutira à une présentation publique et collective des pièces ainsi réalisées sous forme de diffusion ou de performance.
Gilles Aubry introduira également des éléments de sa pratique artistique : techniques de captation sonore, approche ethnographique, collage, montage et composition. Tout au long de l’atelier, l’attention sera portée sur les différentes technologies de reproduction et d’exposition audio.

 

Moyens techniques

 

Phonurgia Nova met en place un environnement technique complet pour la prise de son, le montage, le mixage et le monitoring. Néanmoins, les participants qui en possèdent sont invités à apporter leurs propres outils de prise de son. Le lieu du stage est sécurisé

Intervenant

 
Gilles Aubry

Né en 1973 en Suisse il vit à Berlin, où il a étudié (Master en Sound Studies à l’Université des Arts).

A l’instar de Jacob Kirkegaard qui enregistre l’activité volcanique, de Jodi Rose qui ausculte l’architecture des ponts métalliques dont elle tire des sons de harpes géantes, de Knud Viktor qui capte la vie secrète des insectes, Gilles Aubry questionne le monde en l’enregistrant. Comme plasticien sonore, il produit des oeuvres musicales, installatives ou radiophoniques. Sa pratique est basée sur une approche auditive du réel, centrée sur la culturalité et la matérialité du son et de l’écoute. Combinant ethnographie, discours critique et expérimentations formelles, ses images sonores (phonographies) de situations plus ou moins identifiées se présentent comme possibles alternatives aux modes de représentations visuels. En tant qu’artiste invité dans le cadre du projet de recherche Global Prayers (2010-11), il a réalisé l’installation “Pluie de Feu” documentant l’utilisation de technologies d’amplification audio au sein de communautés religieuses à Kinshasa (DRC). Son installation “Notes via a Soundscape of Bollywood” (2013) traite d’aspects post-coloniaux en rapport avec l’industrie de l’audiovisuel à Mumbai et il mène actuellement un projet de recherche artistique en rapport avec la collection Paul Bowles de musiques traditionnelles marocaines, dont l’installation “and who sees the mystery” présentée lors de la Biennale de Marrakech en février 2014 constitue la première restitution.

Ses compositions ont été publiées sur Winds Measure, Absinth, Gruenrekorder, Creatives Sources, Cronica Electronica, Schraum et radiodiffusées par Radio Suisse Romande, SFR Kultur, Deutschland Radio, Resonancefm (Londres), Giant Ear (New-York). Le jury Phonurgia Nova 2007 a distingué sa pièce Berlin Backyards, présentée l’année suivante au musée Réattu.
En 2016, Gilles Aubry a reçu le European Sound Art Award pour son installation “A Space of Attunement (from oud to guitar to oud)”, conçue pour le Skulpturenmuseum à Marl. En 2017, il a participé à Documenta14 à Kassel et Athènes avec la pièce “The Gramophone Effect”, co-réalisée avec Robert Millis.

Site de Gilles Aubry : www.earpolitics.net

Informations

 
26-29 juillet 2018, Arles Arles Toutes les sessions :

Durée : 4 jours (28h)
Etudiant : 300 euros
Individuel : 600 euros
Formation continue : 1 400 euros
Effectif : 8 participants maximum

Plus de renseignements sur ce stage
Par téléphone au 06 09 64 65 39
Par email : info@phonurgia.fr