Approches du webdocumentaire : images fixes et narration sonore – Phonurgia Nova
16540
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-16540,portfolio_page-approches-du-webdoc-images-fixes-et-narration-sonore,header_style_light,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.2,vc_responsive
 
Ateliers

Approches du webdocumentaire : images fixes et narration sonore

Mehdi Ahoudig & Samuel Bollendorff

13 17 novembre 2018 Paris

Web-documentaires, installations et projections photographiques revisitent le rapport image/son. Comment combiner photographie et narration sonore ?

Cet atelier s’adresse à des auteurs déjà engagés dans une démarche documentaire quel qu’en soit le support. Il est ouvert en priorité à des preneurs de son, cinéastes et photographes. Une procédure de sélection sur dossiers vise à assurer un bon équilibre entre les profils des candidats.

Objectif

 

Permettre à des professionnels de l’image et du son de réaliser ensemble des séquences en « photographie parlante » à destination du web, de l’installation ou de la projection. Cette formation aborde simultanément les techniques de la prise de son et de la prise de vue, du montage son et de l’animation de l’image fixe, et celles de la narration documentaire.

Contenu

 

Le cinéma mêle images et sons dans une relation le plus souvent fusionnelle qui peut se résumer ainsi : “on entend ce qu’on voit et on montre ce que l’on entend”. Or avec le webdocumentaire ou l’installation, on peut briser ce lien conventionnel pour donner naissance à une narration hybride circulant entre audio et photo. Comment aborder ce nouveau langage ? C’est une question que le cinéma se pose depuis qu’il est sonore, mais que « la photographie parlante » et le web renouvellent en profondeur, en dégageant de nouveaux principes d’écriture. Le stage en explorera les contours en partant d’expériences concrètes : approche des formats, liaisons et dialogues entre les différents médias photo, vidéo et son. Pratiquement, l’atelier proposera à des binômes (preneurs de sons/photographes) d’inventer de petites formes jouant sur la disjonction du visible et du sonore pour expérimenter une autre grammaire narrative s’adressant à la fois à l’œil et à l’oreille. Chaque participant sera invité à s’approprier le langage de l’autre, pour mener ensemble une exploration de ce nouveau mode d’expression documentaire.

Organisation pratique

 

Un thème de travail commun sera proposé aux participants en amont du stage. Il sera le prétexte à multiplier les approches stylistiques. Les participants disposeront de postes informatiques dédiés à l’image (Adobe Première, After Effect, Photoshop), et au son (Protools, Reaper). Deux postes par binôme (un équipé pour le son, un équipé pour l’image). Pour le son comme pour la prise de vue, il sera demandé aux participants d’avoir leur propre matériel de captation (enregistreurs et micros, appareils de prise de vue). Le matériel de Phonurgia pour le son viendra en complément et nous mutualiserons les outils de prise de vue. Nous éviterons de développer des parties interactives, très chronophages et lourdes techniquement. Le stage sera organisé dès le début en binômes, chacun s’appropriant le médium de l’autre.

Déroulé

 

Nous proposons le déroulé suivant qui pourra évidemment être modulé une fois le groupe constitué.

Jour 1 :
La première demi-journée sera consacrée à la découverte du médium de l’autre. Les photographes feront une photo pendant laquelle ils enregistreront le « son témoin » de la prise de vue. Les preneurs de son réaliseront un court enregistrement qu’ils accompagneront d’une « photo témoin » du lieu, de la situation ou de la personne enregistrée. Visionnage et discussion autour de ce qui se passe au son et à l’image des premiers essais bruts.

L’après-midi sera consacré au visionnage d’exemples de Webdoc pour ouvrir la discussion sur la relation entre l’image et le son dans les productions du web. Celle-ci fera émerger des pistes de réflexion autour de cette liaison qui peut aujourd’hui dépasser la relation conventionnelle : « on entend ce qu’on voit, et l’on montre ce qu’on entend ».

Jour 2 :
Les participants réalisent chacun dans leur médium : un plan séquence sonore, un plan image ou une série photographique. Puis, échangent leurs matériaux : les preneurs de son choisissent une image, les photographes choisissent une séquence sonore. Ainsi se constitueront les binômes. La journée s’achèvera par la définition des projets de réalisation.

Jour 3 :
Préparation et tournage des séquences par chaque binôme.

Jour 4 :
Fin de tournage, dérushage, mise en forme des images. Pré-montage.
Fin de journée : Visionnage intermédiaire.

Jour 5 :
Finalisation des montages et mise en ligne sur le web.
Présentation des travaux de 2 à 4 minutes maximum à un public extérieur.

Matériel utilisé

 

1 station de montage audionumérique MacBookPro par participant. Surface de contrôle Digidesign commande 8. Ecoutes Cabasse. Magnétophones Fostex FR2 LE et Sounddevice Mix-Pre 3. Panel de microphones : Beyer 88, Shure SM58, Rode NT3, NT4, NT5, AudioTechnica AT 825, AT 40415, MD 21, Neumann.

Pré-requis

 

Les participants doivent avoir des connaissances de base en prise de vue / ou prise de son.

Intervenants

 
Mehdi Ahoudig

Mehdi Ahoudig est documentariste depuis 2002.
Il réalise de nombreux documentaires radiophoniques pour arteradio.com sur des questions de société, plus particulièrement les problématiques liées aux quartiers populaires. En 2010, il obtient le prix Europa du meilleur documentaire radiophonique à Berlin, pour Qui a connu Lolita ?, une enquête sur un fait divers marseillais, co-réalisé avec Anouk Batard et produit par Arte Radio. En 2012, avec arte.tv, il réalise une fresque interactive sonore et dessinée « Carnets de villes : Lens vous voyez le tableau », sur le réception par les habitants de l’installation du musée du Louvre dans leur ville. En 2013, il est lauréat de la bourse « Brouillon d’un rêve sonore » de la SCAM, pour un documentaire radio N’Tchoréré, sur la place du village et obtient la bourse « Brouillon d’un rêve film » pour un film documentaire On ira à Neuilly inch’allah, co-réalisé avec Anna Salzberg en 2014. Cette même année, il réalise avec Arte Radio Poudreuse dans la Meuse, un documentaire radio sur la consommation d’héroïne en milieu rural. Avec Samuel Bollendorff il réalise le webdocumentaire avec À l’abri de rien sur le mal-logement, prix Europa « on line » en 2011. Il travaille pour l’émission de France Culture « Sur les docks » et réalise également de nombreuses des bandes-son de théâtre et danse depuis 2000. En 2015, il obtient à nouveau le prix Europa du meilleur documentaire radio avec Poudreuse dans la Meuse produit par arteradio, et il est nominé au Prix Italia. En 2015 il réalise également La Parade, avec Samuel Bollendorff, un conte documentaire en dix chapitres sur les cultures populaires du Nord de le France. Cette websérie en «photographie parlante» produite par France Télévision – Nouvelles Écritures, le CNC et Pictanovo, sera diffusée sur France 3 Nord-Pas-de-Calais en partenariat avec la Voix du Nord et Le Monde.fr

 
Samuel Bollendorff

Photojournaliste né en 1974, il a été membre de l’agence Oeil public www.oeilpublic.com de 1999 à sa fermeture en 2010. Il appartient à cette génération de photographes qui s’exerce à manier la forme et le fond. A l’Ecole Louis Lumière, il a fait ses gammes de technique et de pratique photographique ; de ses études d’histoire de l’art, il a gardé le souci de l’observation. Quant à son apprentissage à l’école des Beaux-Arts de Paris, il lui a appris l’importance de la mise en forme de ses idées et réalisations. Fin 2008, il signe Voyage au bout du charbon (www.voyageauboutducharbon.com) un premier webdocumentaire interactif publié sur Le monde.fr. Suit en 2011, A l’abri de rien (www.a-l-abri-de-rien.com) une enquête sur le mal-logement en France avec Mehdi Ahoudig. Ce webdoc recevra le Prix Europa à Berlin en 2011 et fera l’objet d’une exposition-événement d’affiches recouvrant les bâtiments des écluses et quais du Canal Saint Martin à Paris. Le livre A l’abri de rien est publié aux éditions Textuel. En 2015, il réalise avec Mehdi Ahoudig une websérie, La Parade. C’est un conte documentaire post-industriel en photographie parlante diffusé sur les sites de La Voix du Nord, de France 3 Nord-Pas-de-Calais, de France Télévisions et du Journal Le Monde. Une série qui explore une nouvelle forme de dialogue entre le son et l’image fixe. En 2016, il réalise La Nuit Tombe sur l’Europe (www.lanuittombesurleurope.com), un film sur les violences faites aux réfugiés en Europe, avec la voix de Catherine Deneuve, accompagné d’une exposition sous la Canopée des Halles qui rassemblera quelques 100 000 visiteurs.

 

Travaux de stage

 


Retour d'expériences

 

Informations

 
13-17 juillet 2018, Arles 13-17 novembre 2018, Paris Arles Toutes les sessions :
.
Paris Toutes les sessions :
13 Nov  17 Nov 2018.

Durée : 5 jours (35h)
Etudiant : 600 euros
Individuel : 900 euros
Formation continue : 1 670 euros
Effectif : 8 participants maximum

Plus de renseignements sur ce stage
Par téléphone au 06 09 64 65 39
Par email : info@phonurgia.fr